Le Programme d’aide à la création émergente s’adresse aux entreprises qui développent des projets avec des créateurs qui sont en début de parcours professionnel dans le domaine cinématographique ou qui souhaitent s’engager dans un rôle créatif pour lequel ils n’ont que peu d’expérience.

Par le biais du programme, les projets de courts et de longs métrages de fiction ainsi que les courts, les moyens et les longs métrages documentaires sont soutenus dès l’étape du développement et tout au long de la chaîne de production et d’exploitation. Pour recevoir du financement en production, les projets doivent cependant compléter leur développement à la satisfaction de la SODEC et se démarquer au sein d’un comparatif sélectif.

Objectifs généraux

Par son soutien financier et les occasions de réseautage offertes, le programme vise à :

  • encourager l’émergence de nouveaux talents dans la création d’œuvres cinématographiques;
  • professionnaliser les producteurs et les productrices en vue de leur intégration aux circuits usuels de financement, par l’intermédiaire de leur propre entreprise ou par l’intermédiaire d’entreprises déjà établies qui forment une relève;
  • professionnaliser les scénaristes ainsi que les réalisateurs et réalisatrices en vue de leur intégration au sein de l’industrie de la production audiovisuelle;
  • favoriser les échanges entre des créateurs émergents et des conseillers expérimentés;
  • favoriser la scénarisation et la production d’œuvres de qualité, originales et engageantes, et de genres diversifiés qui ont un potentiel de rayonnement au Québec ou à l’étranger;
  • optimiser les stratégies d’exploitation de ces productions en y intégrant notamment un protocole de découvrabilité et les modes de diffusion numérique.

Conditions générales d’admissibilité

La SODEC reçoit au Programme d’aide à la création émergente des demandes d’entreprises québécoises de production cinématographique et télévisuelle.

Ce programme s’adresse aux entreprises québécoises pour des projets exclusivement développés par des créateurs émergents, c’est-à-dire des producteurs et des productrices, des scénaristes ainsi que des réalisateurs et réalisatrices, qui possèdent un minimum d’expérience professionnelle sans pour autant avoir déjà intégré les circuits usuels de financement.

Les entreprises requérantes qui déposent pour la première fois une demande doivent avoir au moins un an d’existence au moment de la date du dépôt.

Les producteurs et les productrices, les scénaristes ainsi que les réalisateurs et réalisatrices doivent posséder une expérience jugée appropriée par la SODEC selon le type de projet déposé. Par exemple :

  • dans le cas d’un projet de court ou de moyen métrage, avoir mené à terme au moins une œuvre audiovisuelle narrative ayant connu une diffusion professionnelle reconnue par la SODEC;
  • dans le cas d’un projet de long métrage, avoir mené à terme au moins trois courts métrages de fiction ou un moyen métrage documentaire ayant connu une diffusion professionnelle reconnue par la SODEC.

 


Logo du concours Cours écrire ton court

Appel de projets de Cours écrire ton court 2019-2020

La SODEC, en collaboration avec les Rendez-vous Québec Cinéma, le Festival REGARD et la SARTEC ainsi que L’inis comme partenaire de formation, lance la nouvelle édition du concours Cours écrire ton court qui s’adresse aux scénaristes émergents de tous âges.

Cours écrire ton court donnera la possibilité à sept scénaristes en début de parcours professionnel d’être sélectionnés et encadrés par des mentors, jusqu’à la scénarisation d’une version finale de leur projet de court métrage. Diverses récompenses seront offertes, dont le grand prix donnant au projet retenu un passage accéléré en production.

Pour plus de détails sur le concours et sur la façon de vous inscrire, consultez la page du concours et l’appel de projets.

Date limite pour soumettre votre projet :
jeudi 5 décembre 2019 à 23 h 59

 

La liste des documents requis ainsi que tous les gabarits pour soumettre votre demande par le biais du portail SOD@ccès seront disponibles un mois avant la date limite du dépôt.

Foire aux questions

Questions sur l’admissibilité

Non, seuls les projets déposés par une entreprise dûment incorporée et immatriculée sont admissibles. Les entreprises requérantes peuvent déposer des projets exclusivement développés par des créateurs émergents ou des créatrices émergentes. Une entreprise individuelle ne se qualifie pas comme une entreprise québécoise au sens loi.

 

Sont considérés comme émergents ou émergentes les producteurs et les productrices, les scénaristes ainsi que les réalisateurs et les réalisatrices qui possèdent un minimum d’expérience professionnelle sans pour autant avoir déjà intégré les circuits usuels de financement.

 

  • Pour un court ou moyen métrage, il faut avoir mené à terme au moins une œuvre audiovisuelle narrative ayant connu une diffusion professionnelle reconnue par la SODEC.
  • Pour un long métrage, il faut avoir mené à terme au moins trois courts métrages de fiction ou un moyen métrage documentaire ayant connu une diffusion professionnelle reconnue par la SODEC.

 

Vous n’êtes pas admissible à ce programme, si :

  • vous avez déjà produit, scénarisé ou réalisé un long métrage ayant connu une diffusion professionnelle reconnue par la SODEC;
  • vous avez déjà reçu du financement de la SODEC dans le cadre de son programme d’aide en production aux volets 1 et 3, et ce, dans le poste visé dans le programme d’aide à la création émergente.

 

Le créateur ou la créatrice doit avoir sa résidence fiscale au Québec depuis au moins les deux dernières années.

 

Les projets peuvent être déposés en français ou en anglais. La SODEC consacre au moins 80 % des sommes allouées au Programme d’aide à la production à des projets dont la version originale est en langue française.

 

  • Les courts et longs métrages de fiction;
  • Les courts, moyens et longs métrages documentaires.

 

Toute production audiovisuelle qui représente la réalité de façon non fictive, qui informe et propose une analyse d’un sujet, peut être considérée comme documentaire. Il faut toutefois que le traitement cinématographique soit original et se démarque nettement d’une émission thématique à vocation strictement informative.

 

Non, les projets sont admis exclusivement à l’étape du développement. Pour recevoir du financement en production à l’intérieur de ce programme, les projets doivent compléter leur développement à la satisfaction de la SODEC et se démarquer au sein d’un comparatif sélectif. Dans le cas où le projet n’a pas été retenu à l’étape du développement, il peut seulement être déposé à l’étape de la postproduction. Par ailleurs, si un producteur a déjà en sa possession un scénario de court métrage en version finale, il peut être déposé au volet 2 – aide sélective à la production de courts métrages et de projets numériques narratifs de format court.

 

  • Seules les coproductions majoritaires sont admissibles à ce programme. La SODEC considère qu’une coproduction est majoritairement québécoise lorsque 51 % ou plus des droits d’un projet sont détenus par une ou des entreprises québécoises.
  • L’aide financière de la SODEC s’applique seulement à la partie québécoise du projet.
  • À noter que les coproductions avec l’Office national du film du Canada (ONF) ne sont pas admissibles à ce programme.

Non, un projet refusé ne peut revenir en appel dans le cadre de ce programme. Il peut cependant être déposé à l’étape de la postproduction au programme d’aide à la production, si le projet rencontre les conditions d’admissibilité applicables à ce programme.

 

Les projets ayant bénéficié de l’aide dans le cadre du programme antérieur d’aide aux jeunes créateurs ne sont pas admissibles.

 

Non, une même entreprise, incluant les entreprises reliées, ne peut déposer qu’un projet par dépôt. Elle peut cependant en soumettre deux si au moins un des projets est scénarisé ou réalisé par une femme et si au moins l’un d’eux est issu d’une activité de maillage organisée par la SODEC.

Par exemple : vous avez déposé un projet scénarisé ou réalisé par un homme, vous pourriez en déposer un deuxième si ce projet est scénarisé ou réalisé par une femme et s’il est issu d’une activité de maillage organisée par la SODEC. Ou vous avez déposé un projet scénarisé ou réalisé par une femme, vous pourriez en déposer un deuxième, qu’il soit d’un homme ou d’une femme, si ce projet est issu d’une activité de maillage organisée par la SODEC.

 

Oui, il y a des frais de gestion de 57,49 $ par projet (soit 50 $ plus taxes).

 

Questions sur le contenu

Les équipes créatives des projets retenus disposent d’une fenêtre de 12 mois pour les courts et moyens métrages, et de 18 mois pour les longs métrages à compter de la signature de la convention pour déposer la version finale du scénario. Un projet ne réussissant pas à finaliser l’étape du développement à l’intérieur de cette période de temps est refusé en production.

 

Les demandes sont analysées par un comité externe présidé par un chargé de projets interne qui sert de liaison avec la clientèle.

La SODEC porte une attention particulière à la cohérence de l’ensemble du projet, ainsi que sa capacité à engager son public au Québec ou à l’étranger, notamment en évaluant :

  • le scénario ou la proposition dans le cas d’un documentaire;
  • la force du traitement de réalisation évoqué;
  • l’originalité, la pertinence et la qualité du projet;
  • l’expérience des participants en fonction de l’ampleur du projet;
  • les antécédents de l’entreprise;
  • le devis et le financement du projet, ainsi que la cohérence entre le devis et la proposition écrite;
  • la mise en marché, les possibilités de rejoindre les publics visés.

 

Trois activités de maillage sont organisées annuellement par la SODEC, dont une à Montréal, une au Saguenay et une troisième dans une ville à déterminer. Le 13 septembre 2019 a eu lieu une activité de maillage organisée à Québec. Pour connaître la prochaine date, assurez-vous d’être inscrit à notre liste de diffusion.

 

À l’étape du développement, la participation de la SODEC peut atteindre un maximum de :

  • 15 000 $ dans le cas d’un court métrage de fiction et d’un court ou moyen métrage documentaire, ce qui comprend l’engagement d’un conseiller à la scénarisation;
  • 25 000 $ dans le cas d’un long métrage de fiction ou d’un long métrage documentaire, ce qui comprend l’engagement d’un conseiller à la scénarisation.

À l’étape de la production, la participation cumulative de la SODEC (incluant toute aide antérieure octroyée par la SODEC à l’étape du développement) peut atteindre un maximum de :

  • 100 000 $ dans le cas d’un court métrage de fiction ou d’un court métrage documentaire;
  • 120 000 $ dans le cas d’un moyen ou d’un long métrage documentaire;
  • 750 000 $ dans le cas d’un long métrage de fiction. Le devis global ne doit pas excéder 1 500 000 $.

La participation cumulative de la SODEC doit servir à financer la part québécoise du devis.

Sur la base des informations financières soumises au moment du dépôt à l’étape de la production, la participation financière de la SODEC peut être augmentée :

  • d’un montant supplémentaire maximal de 5 000 $ pour l’engagement d’un conseiller à la réalisation ou de tout autre conseiller lié à un ou des aspects de la mise en œuvre d’une production; et
  • d’un montant supplémentaire maximal de 7 000 $ pour financer la stratégie d’exploitation du projet.

Le processus d’évaluation prend habituellement de 11 à 15 semaines. Toutes les réponses (positives ou négatives) sont communiquées par courriel. Vous devez donc vous assurer que vos coordonnées sont bien à jour.

 

Si vous avez toujours des questions après avoir lu le programme et la foire aux questions, communiquez avec Alain Rondeau, délégué à l’accueil des projets, par courriel à alain.rondeau@sodec.gouv.qc.ca ou par téléphone au 514 841-2200.