Bilan d’Atelier Grand Nord : un événement international d’importance sur la scénarisation francophone

Montréal, le 16 juin 2022 ‒ Alors que la 18e édition d’Atelier Grand Nord (AGN) vient de se terminer (3 au 10 juin 2022), la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) présente les résultats du bilan exhaustif des 17 premières éditions de l’événement. Profitant de la pandémie et du ralentissement général des activités en présentiel, la SODEC a mandaté une firme externe pour brosser le portrait complet de l’événement et faire le point sur l’expérience et ses retombées.

Un bilan des plus positifs

Le bilan a été réalisé à partir des informations récoltées au fil des ans et des données issues d’un sondage exhaustif envoyé à l’ensemble des participants des 17 premières cohortes, auquel 164 personnes ont répondu, représentant un taux de participation de près de 50 %. Douze entrevues individuelles ont aussi été menées pour approfondir certains points spécifiques et enjeux pour l’avenir. Les conclusions qui se dégagent du rapport confirment qu’AGN représente un événement international significatif en scénarisation, très apprécié des participantes et participants, qui atteint ses objectifs. Il se démarque notamment par :

  • la qualité des discussions et des regards culturels multiples des scénaristes et consultants de toute la francophonie, au Québec comme à l’international;
  • son effet structurant qui se déploie tant sur la pratique que sur le développement professionnel des scénaristes;
  • la solidarité, l’esprit de collaboration, de même que les liens professionnels qui se créent parmi la cohorte favorisant les collaborations futures.

Les résultats sont éloquents : depuis 2004, 77 longs métrages issus d’AGN ont été portés à l’écran, dont une vingtaine du Québec. Par ailleurs, les retombées d’AGN sont aussi observables en matière de réseautage, entre autres pour la coproduction, et pour le rayonnement de la francophonie mondiale dans les festivals internationaux, en salles, ainsi que sur les plateformes de diffusion numérique.

Des pistes d’amélioration ont aussi été proposées, notamment pour améliorer la visibilité, le rayonnement et la découvrabilité des productions issues d’AGN. Les répondants du sondage recommandent par ailleurs que la SODEC maintienne une veille sur les changements de l’industrie cinématographique (particulièrement en ce qui concerne le numérique et les plateformes de diffusion) pour s’assurer qu’AGN demeure pertinent au regard du contexte et puisse adapter ses actions de promotion en conséquence.

D’anciens participants témoignent

La scénariste québécoise Chloé Cinq-Mars a été consultante à AGN à deux reprises en 2019 et 2022, mais a d’abord participé à la 9e édition en 2012 avec le scénario du film Dérive : « Pour la première fois dans ma vie de scénariste professionnelle, j’allais être confrontée au jugement de mes pairs. Je me rappelle cette sensation d’extrême vulnérabilité. […] Heureusement pour moi, pratiquement tous les défauts du scénario ont été soulevés par les experts et mes pairs. On me les a fait voir avec bienveillance et surtout, en me proposant des pistes de solutions », témoigne-t-elle. « Atelier Grand Nord, c’est aussi là où j’ai réalisé que partout dans la Francophonie, des scénaristes ont les mêmes questionnements que moi, les mêmes doutes, les mêmes moments de découragement ou d’exultation. Quand on pratique un métier si solitaire, réaliser qu’on fait partie d’une communauté, c’est précieux. Après ma participation, j’ai fait de grands changements au scénario. Dérive a été produit. Ce ne serait pas le même film s’il n’y avait pas eu AGN. En réalité, je ne sais pas si le film aurait existé sans ça », conclut-elle.

Pour sa part, François-Christophe Marzal, participant de la 13e édition à titre de scénariste avec le film Tambour battant souligne que : « AGN a été pour moi une expérience en tout point positive. Outre l’accueil, l’encadrement et l’organisation qui était impeccable, pouvoir faire évaluer mon scénario par les professionnels présents ainsi que les autres participants m’a été extrêmement précieux. Et cerise sur le gâteau, un lien durable s’est établi avec tous les participants. Que du plaisir. »

Quelques données

  • 77 films (74 produits et 3 en production) ont été issus d’AGN depuis 2004.
  • Parmi les 74 films qui ont vu le jour, 25 sont des coproductions.
  • Le temps d’incubation pour un scénario entre son passage à AGN et sa diffusion en salle est d’environ 4 ans.
  • La France et le Québec ont le nombre de films produits, en développement ou en production le plus élevé.
  • L’Afrique francophone et le Luxembourg ont les ratios les plus élevés de production, si l’on considère le nombre de films réalisés comparé au nombre de scénaristes participants.

Sur le parcours des films issus d’AGN :

  • En se basant sur les réponses au sondage en ligne de décembre 2020, sur un corpus de 61 films issus d’AGN, plus de 80 % ont été sélectionnés dans des festivals et souvent plus d’une fois.
  • 54 % d’entre eux ont été primés.
  • En plus de la diffusion nationale en salle, 57 % de ces films ont connu une diffusion dans d’autres pays.

Concernant l’expérience d’AGN :

  • 87 % des répondants ont donné une note de 7 sur 10 et plus quant à leur niveau d’appréciation de leur expérience d’AGN.
  • Le niveau d’appréciation générale élevé ne se dément pas avec les années. Le fait de produire ou non le scénario n’affecte pas ce niveau de satisfaction.
  • 43 % des répondants ont répondu qu’AGN avait contribué au développement de projets professionnels ultérieurs liés aux contacts réalisés à l’activité. De ce nombre de projets, 35 ont été identifiés comme des projets de coproduction.

À propos d’Atelier Grand Nord

Réunissant des scénaristes et consultants de la francophonie mondiale, Atelier Grand Nord offre un cadre privilégié de rencontres, de séances de travail et d’échanges centrés autour de scénarios de longs métrages de fiction en français. AGN favorise la circulation d’idées, de points de vue, de préoccupations et de méthodes de travail, de même que le partage d’intentions et de cultures. Lieu d’échanges centré sur le travail d’écriture qui reste à faire, il insuffle ainsi une vision nouvelle et collective aux scénaristes. Les entretiens sont organisés sous forme de rencontres individuelles et de plénières.

Partenaires

Le succès d’AGN repose entre autres sur la contribution financière des partenaires francophones européens et canadiens suivants : le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le Film Fund Luxembourg, la Fondation de formation continue pour le cinéma et l’audiovisuel (FOCAL – Suisse), l’Institut français, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Société des auteurs et compositeurs dramatiques France (SACD), la SACD Belgique, la SACD Canada, la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC), la Société suisse des auteurs (SSA), Téléfilm Canada ainsi que Wallonie-Bruxelles International (WBI).

 À propos de la SODEC

La SODEC a pour mandat de promouvoir et de soutenir le développement des entreprises culturelles au Québec et à l’étranger dans les secteurs du cinéma et de la production télévisuelle, du livre, des métiers d’art ainsi que de la musique et des variétés. La SODEC a également le mandat de protéger et de mettre en valeur un parc immobilier patrimonial de 32 immeubles, reflet de l’identité québécoise.

– 30 –

Source et renseignements

Roxane Dumas-Noël
Conseillère en communication
514 841-2259
roxane.dumas-noel@sodec.gouv.qc.ca