Hé non, ici aucun animal n’est maltraité!

Lorsque l’on parle d’étripe-chat en architecture, on parle de pièces de ferronnerie avec crochets en quinconce placés devant une fenêtre ou un soupirail. Principalement utilisés au niveau du sol ou au rez-de-chaussée cette quincaillerie sert principalement pour empêcher les intrus d’entrer par une ouverture.

En vous promenant sur Place Royale, vous pourrez en voir à différents endroits et de différents modèles. Toutefois, les plus traditionnels, vous les verrez sur la maison Morin à l’entrée principale du restaurant l’Archibald et à l’arrière de la maison Milot (emprunter le portail du Parc de l’Unesco donnant sur la rue Notre-Dame).

Étripe-chat de la maison Morin
Étripe-chat de la maison Morin (s’y rendre)
Étripe-chat de la maison Milot
Étripe-chat à l’arrière de la maison Milot, donnant dans le Parc de l’Unesco (s’y rendre)